L'Australie, la Malaisie, Singapour et l'Afrique du Sud lancent le Système de Monnaie Numérique | FORCINEWS

Les banques centrales d’Australie, de Singapour, de Malaisie et d’Afrique du Sud lancent un projet de paiements transfrontaliers en utilisant des monnaies numériques de banque centrale (CBDC pour Central Bank Digital Currencies). Ce programme est chapeauté par l’Innovation Hub de la Banque des règlements internationaux (BRI), une organisation financière internationale.

L’expérience, dans le cadre du projet Dunbar, vise à réduire les coûts et à augmenter la vitesse entre les paiements transfrontaliers par les institutions. Le projet tente également de tirer parti des partenariats public-privé en développant des prototypes techniques dans différentes juridictions afin de trouver les protocoles les plus adéquats en fonction des besoins des utilisateurs. La déclaration intervient quelques jours après que l’Autorité monétaire de Singapour (MAS) a publié une liste de 15 participants au ” Global CBDC Challenge ” pour construire une CBDC mondiale. Le pays a également conclu une étude de cinq ans sur la technologie dans le cadre du projet Ubin.

Les premiers résultats du projet seront publiés 2022 et devraient permettre de donner un premier aperçu des futures collaborations possibles dans le domaine des CBDC à l’échelle mondiale. L’aspect technique sera présenté au Singapore FinTech Festival en novembre 2021.

Pour rappel, à la différence d’une cryptomonnaie qui s’échange de pair à pair en dehors d’un système étatique, une monnaie numérique de banque centrale n’est qu’une représentation virtuelle d’une monnaie fiduciaire gérée par ladite banque centrale.

  • CBDC dangereux ou bénéfique ?

La monnaie numérique de la banque centrale est un nouvel outil financier inexploité. De nombreux experts du secteur des cryptomonnaies se demandent si elles apporteront des avantages ou des dommages au système économique et comment elles affecteront l’espace des actifs numériques.

Par exemple, les analystes du géant bancaire américain Morgan Stanley pensent que bien que la CBDC puisse affecter le marché des cryptomonnaies en entrant sur le terrain, il est peu probable qu’elle constitue une menace pour la technologie décentralisée :

« Les cryptomonnaies continueront d’exister car elles continueront de servir d’autres cas d’utilisation. Par exemple, certaines cryptomonnaies peuvent être utilisées comme réserve de valeur… parce que certains membres du public ne croient pas pleinement aux monnaies fiduciaires. »

Au contraire, Christian Nolting, CIO de la Deutsche Bank, a émis l’hypothèse que la monnaie numérique de la banque centrale pourrait devenir la principale menace pour les actifs numériques :

« L’introduction généralisée de CBDC et le renforcement de la supervision des cryptomonnaies peuvent créer un environnement plus difficile pour les actifs de cryptomonnaie, car certains de leurs avantages s’estomperont à long terme par rapport aux actifs financiers traditionnels. »